Articles avec #matieres & formes tag

Publié le 17 Juin 2015

Le week-end dernier, sous la conduite de Jean-François Lemaire, s'est déroulé un stage RAKU chez Artfusion. Nous étions six participants à découvrir ce procédé de céramique ancestral Japonais.
Certains d'entre nous étaient revenus se perfectionner et approfondir leurs connaissances.

Raku : diminutif du japonais rakuyaki, « la sérénité dans l'absence de maîtrise »
Ce terme est en fait un diminutif de Jurakudai, le nom d'un palais de Tokio du XVI e siècle. Le supérieur du palais a demandé à l'un des potiers qui travaillaient à sa construction de produire des bols pour la cérémonie du thé. Cette nouvelle façon de faire pris le nom de ima-yaki.
On lui donne aussi le nom de juraku-yaki, qui se déclinera en raku-yaki, que le occidentaux abrégèrent en raku.

Depuis cinq cent ans, les artisans céramistes perpétuent la technique traditionnelle. Simple a mettre en œuvre, la réalisation d'un raku n'en demande pas moins une technique rigoureuse.
Une pièce de poterie précuite (biscuit) après application d'émaux, reçoit une succession de stress : une rapide montée en température, un choc thermique qui provoque le tressaillage, pour finir par un enfumage avec toutes sortes de matériaux inflammables.

Dans les années soixante, un céramiste américain, P.Soldner, a l'idée d'enfumer ses pièces à la sortie du four, en les déposant dans un récipient remplis de copeaux, pour accélérer le processus de remplissage des fissures par le carbone ainsi crée.
Une fois les poteries déposées dans le récipient avec les copeaux, on bouche l'ouverture de ce dernier ce qui provoque une oxydoréduction de la combustion. Le carbone ainsi produit vient s'insérer dans les fissures crées par le choc thermique.
Autant d’événements impossible à reproduire à l'identique sur une seconde poterie, tant les impondérables sont nombreux.

ARTFUSION : STAGE RAKU.ARTFUSION : STAGE RAKU.ARTFUSION : STAGE RAKU.
ARTFUSION : STAGE RAKU.ARTFUSION : STAGE RAKU.ARTFUSION : STAGE RAKU.
ARTFUSION : STAGE RAKU.ARTFUSION : STAGE RAKU.

On pourra dire que nous aussi avons été enfumés tout au long du week-end, à la paille, aux copeaux, au papier et même aux feuilles mortes, pour des résultats plaisants même si pas toujours conforme à ce que l'on espérait.

Ci-dessous quelques bols de la série que j'ai réalisé durant les deux jours de stage.

ARTFUSION : STAGE RAKU.ARTFUSION : STAGE RAKU.
ARTFUSION : STAGE RAKU.ARTFUSION : STAGE RAKU.

Voir les commentaires

Rédigé par Gerard Welker

Publié dans #matières & formes

Repost 0

Publié le 16 Février 2015

Dans mon premier travail avec le bronze, je suis parti d'une sculpture en bois que je venais de réaliser, un hibou évidement.
Avant de passer aux étapes déjà décrites dans mon précédent article, nous avons fabriqué un moule en élastomère à partir de cette pièce en bois. Ce moule nous a permis de réaliser une empreinte en cire à couler.
On remplit plusieurs fois de suite le moule avec une cire chaude fluide.
Ce procédé permet de créer une pièce creuse dans laquelle on coulera un noyau en matière réfractaire au moment du moule de potée.
Il ne faut évidement pas oublier le montage des jets, évents et cône de coulée.
La suite est identique au procédé déjà expliqué en première partie.

clic sur les photos pour agrandir

HIBOU DE LA BUCHEHIBOU DE LA BUCHEHIBOU DE LA BUCHE
HIBOU DE LA BUCHEHIBOU DE LA BUCHEHIBOU DE LA BUCHE
HIBOU DE LA BUCHEHIBOU DE LA BUCHE
HIBOU DE LA BUCHEHIBOU DE LA BUCHE

La confection du moule, le décirage, la fusion du bronze, la coulée,
puis le démoulage, le décochage, l'ébarbage, le ciselage, le polissage
et enfin la patine, pour un résultat encourageant et prometteur.

Merci à Jean-François pour son coachting et ses conseils avisés durant le temps de ce stage.

Voir les commentaires

Rédigé par Gerard Welker

Publié dans #matières & formes

Repost 0

Publié le 9 Février 2015

Tout commence à partir d'un volume original : une sculpture en terre, métal, céramique ou cire à partir de laquelle réaliser un moule.
Personnellement j'avais envie de voir se métamorphoser en bronze l'un de mes dessins déjà traduit en linogravure et imprimé. (voir catégorie : encre & estampe)
Dans un premier temps j'ai réalisé un modelage en cire de toutes les parties de ma pièce.
La suite consiste à réunir toutes ces pièces par soudage à la cire, puis collage des jets, évents et cône de coulée également en cire. Ce savant montage constituera le réseau d'amenée du bronze et permettra l'évacuation de l'air et des gaz.
Lorsque tout le réseau est en place sur la pièce en cire, on va la recouvrir de plusieurs couches de plâtre réfractaire, pour finalement l'inclure dans un moule de plâtre renforcé par une armature métallique.
Ce moule dit « de potée » terminé sera enfourné encore humide dans un four où il est mis en décirage à 700° C. Son cône de coulée orienté vers le bas permettra l'écoulement de la cire.
Après ce décirage, les moules restent au four jusqu’à refroidissement à 3-400° C.
A cette température, on les défourne pour les enterrer dans le sable afin qu'ils puissent résister à la pression du bronze en fusion.

LES AMANTS DE BRONZELES AMANTS DE BRONZELES AMANTS DE BRONZE
LES AMANTS DE BRONZELES AMANTS DE BRONZELES AMANTS DE BRONZE

Vient enfin la partie la plus spectaculaire de tout ce long processus.
On chauffe les lingots de bronze dans le creuset du four de fusion où l'on monte la température jusqu’à 1200° C.
Deux personnes sont nécessaire pour sortir le creuset avec une sorte de pince (une harpe) et le déposer sur un brancard .
Ce même brancard servira à couler le bronze dans les moules par les cônes de coulée.
Fin du feu d'artifice !

LES AMANTS DE BRONZELES AMANTS DE BRONZELES AMANTS DE BRONZE

Retour aux travaux manuels ;
Après refroidissement, le moule est cassé et on en extrait la pièce en bronze brut de décoffrage.
Il faut maintenant éliminer les jets, les évents, le cône de coulée à la scie, au marteau et au burin.
C'est le décochage.

LES AMANTS DE BRONZELES AMANTS DE BRONZELES AMANTS DE BRONZE

On ébavure aussi les petits accidents, et enfin par ciselage on reprend les coupes des jets et des évents. Là ça commence à prendre l'allure que l'on s'était imaginé.
Puis un polissage partiel ou total permet d'obtenir l'aspect final que l'on espérait, avec en point d'orgue la patine de couleur sur les parties choisies.
Voilà c'est terminé.
Le résultat de cinq jours d'intense activité est là devant nous. Nous pouvons nous congratuler et baptiser nos œuvres autour d'une coupe de champagne.

LES AMANTS DE BRONZELES AMANTS DE BRONZELES AMANTS DE BRONZE
LES AMANTS DE BRONZE

Voir les commentaires

Rédigé par Gerard Welker

Publié dans #matières & formes

Repost 0

Publié le 26 Janvier 2015

Depuis mon arrivée dans l'Aube je suivais régulièrement les expositions organisées par ARTES la galerie d'art de Pont Sainte Marie.
Subjugué dès le début par la qualité des œuvres présentées : verre, céramique, cristal ou bronze, je ne me lassais pas d'admirer les pièces et d'en envier leurs créateurs.
Jusqu'au jour où rencontrant Jean-François Lemaire artiste atypique de la galerie, j'ai enfin appris et compris qu'il existait une association « ARTFUSION »
Association qui sous sa direction, permet les apprentissages des techniques que j'enviais : modelage, cire, fusing,, moulage ou encore bronze. Atelier du lundi et du mardi où se côtoient tous ceux qui ne se contentent pas seulement de regarder. Pour moi,cela fera ma troisième saison sous la houlette de Jean-François, où les mardis soirs sont consacrés à l'une ou l'autre de ces techniques.
Pour approfondir mes connaissances, j'ai déjà participé à plusieurs stages : verre, moulage, bronze, qui m'ont laissés d’excellents souvenirs, tant par le contenu technique que par l'ambiance on ne peut plus conviviale.
Tous les ans une exposition des travaux d'élèves est montrée à la galerie ARTES, qui tout au long de l'année programme des expositions temporaires avec des artistes reconnus au plan national voire international.
Je vous engage à ne pas bouder votre plaisir et de vous rendre à Pont Ste Marie pour admirer les pièces souvent uniques qui y sont présentées.

Renseignements :art-fusion@orange.fr et www.artes-le-lieu.f

Je vous parlerai plus longuement de mes stages, une prochaine fois.

FUSION DES ARTS
FUSION DES ARTSFUSION DES ARTS

Voir les commentaires

Rédigé par Gerard Welker

Publié dans #matières & formes

Repost 0

Publié le 13 Janvier 2015


Tout a commencé par une belle journée de printemps.
Je me souviens, c'était en mars pour préparer la nuit de la chouette de la LPO.
Avec un ami nous explorions la forêt derrière chez moi, à la recherche de l'endroit approprié pour écouter et enregistrer le chant nuptial des chouettes à la nuit venue.
Au retour de cette balade de repérage, j'ai remarqué un caillou du sentier qui semblait me faire un clin- d’œil, manière de me dire : « Ne vois-tu pas que moi aussi je suis chouette ? »
Embarqué dans mon sac à dos, la pierre a finie sur mon établi.
Quelques jours plus tard, presque oubliée, je l'ai rappelée à la vie en la transformant définitivement en vaillante petite chouette de pierre sculptée.
Depuis ce jour, je ne me promène plus de la même manière : je vois des chouettes partout.
Chaque caillou, chaque bout de bois, chaque écorce est prétexte à auscultation au cas où dame nature y aurait déjà inscrit une nouvelle chouette ou un autre hibou.
Forme qu'il suffira de faire apparaître par quelques coups de de ciseaux bien appliqués.
Et c'est comme cela que l'on devient addict à l'art brut.

Les chouettes présentées ci-dessous ne sont actuellement plus disponibles. Régulièrement j'en crée de nouvelles selon les trouvailles que m'offre la nature. Suivez ce blog ou contactez-moi si vous êtes intéressé.

clic sur les photos pour agrandir

LES CHOUETTESLES CHOUETTESLES CHOUETTES
LES CHOUETTES
LES CHOUETTES
LES CHOUETTES

Voir les commentaires

Rédigé par Gerard Welker

Publié dans #matières & formes

Repost 0

Publié le 30 Décembre 2014

« Un œil qui sache voir la nature, un cœur capable de la sentir, un esprit qui ose la suivre.
Celui à qui la nature commence à dévoiler son secret, ressent une irrésistible aspiration vers son interprète le plus digne : l'Art. » Goethe


Les chouettes-hiboux : nez au vent, l’œil aux aguets, chercher, glaner, ramasser, collecter, parcourir le temps à la recherche des fragments de mémoire de la matière.
Regard actif, explorer l'inconnu à portée de main, au delà du visible immédiat,
pour ensuite faire se révéler l'imaginaire et accueillir l'art brut.

C'est Natur'Art.

Sauf avis contraire, mes oeuvres cherchent des yeux, des coeurs et des foyers d'adoption.

RDV dans la catégorie "disponibilité & vente

matières & formes

Voir les commentaires

Rédigé par Gerard Welker

Publié dans #matières & formes

Repost 0