CENTRE POUR L'UNESCO - TROYES - LE VITRAIL

Publié le 15 Juillet 2015

Que la lumière soit, et le vitrail fut !

Il y a 7 ans, une convergence d'idées entre M. Girost le Président du Centre, D. Renaud, guide conférencière et F. Vincent-Petit Serrière, maître verrier a abouti au lancement d'un premier atelier vitrail à l'école primaire de Rosières.
A ce jour le Centre pour l'UNESCO a conduit 18 ateliers « VITRAIL », soit une sensibilisation d'environ 470 enfants de 9 à 11 ans.
Les maîtres verriers intervenants ont travaillés en binôme avec des guides conférenciers pour le patrimoine. Première séance à l'atelier de Alain VINUM, au cours des séances suivantes, les enfants sillonnent la ville avec les guides à la recherche des vitraux : cathédrale, églises de la Madeleine, St Pantaléon, Musée Vauluisant et bien sûr à la nouvelle Cité du Vitrail de Troyes.
Ensuite arrive la réalisation pratique en atelier.
Christine Lerat / Guide conférencière

CENTRE POUR L'UNESCO - TROYES - LE VITRAILCENTRE POUR L'UNESCO - TROYES - LE VITRAILCENTRE POUR L'UNESCO - TROYES - LE VITRAIL

Anne Veyrier du Muraud : Rendez-vous avec la pratique éclairée.
« Après les visites qu'ils ont effectuées sous la houlette des guides conférenciers, les enfants sont excités, pressés de découvrir.
Je commence par leur faire comprendre que pour réussir il faut d'abord apprendre.
Pour cela il faut du temps.
Apprendre la technique, la gestuelle, la pratique pour maîtriser les étapes qui font partie de l'élaboration de ces images en verre qui les ont fascinés : dans les églises, à la cathédrale, mais aussi à la Fnac ou au parking de la préfecture.
Je m'attache à leur démontrer en partant de leur vision globale, que les verrières qu'ils ont vu, sont d'abord faites d'une multitudes de détails. Multiples pièces d'un puzzle qui devront s'inscrire dans la globalité d'une œuvre vitrée.
Évidement les gestes à acquérir se comprennent mieux après la visite d'atelier, où je leur explique le chemin naturel pour arriver au résultat souhaité.
Pour moi le concret, la réalité, le vrai sont les meilleurs formateurs.
Se frotter à la matière, la manipuler, essayer de la comprendre, essayer de la maîtriser, jusqu'à se rendre compte de l’intelligence de la main. Pour cela il leur faut passer par les étapes incontournables du dessin, de la maquette, du gabarit, de la découpe du verre, avant de pouvoir assembler leur idée dans le plomb.
Depuis un consensus d'idées sur une thématique choisie dans le projet pédagogique de l'enseignant, nous travaillons par petit groupe sur un modèle individuel. Cela me permet des interventions pour mieux faire comprendre le contenu de « l’œuvre » et leur donner l'occasion d'une autre façon de regarder.
Quand enfin la lumière passe au travers des verres colorés, qu'elle illumine les yeux et les visages de mes petits apprentis, je sais qu'une fois encore la magie était au rendez-vous .
Ce long processus leur aura fait prendre conscience de l'art manuel, du concret et du solide ».
Pour conclure, nous confie Anne : « Cela me donne également l'occasion d'énumérer les divers profils qui existent dans notre métier tout en valorisant le travail manuel artistique ».

Rencontre avec l'âme du verre chez Flavie Vincent.
Elle vient tout juste de terminer la pose d'une partie des vitrages au nouveau Centre de Congrès de l’Hôtel du Département dans notre ville.
- Flavie, avec cette réalisation vous démontrez de façon magistrale la pertinence du vitrail contemporain, mais qu'en est-il dans vos interventions avec les enfants ?
« Les enfants sont dans l'art contemporain, c'est leur art, c'est leur vitrail et c'est d'aujourd'hui «
Son expérience à Rosières en témoigne : les fables de La Fontaine, réalisées en vitraux individuels et rassemblés en patchwork, continuent d'illuminer le préau de l'école Diderot.
« Les enfants viennent avec des idées, des images, des sensations récoltées dans divers lieux lors de leurs visites du patrimoine.
Je souhaite qu'ils s'approprient cet héritage, comprennent ce qu'ils ont vu, qu'ils se cultivent pour faire perdurer ce patrimoine, car il leur appartient déjà.
Mais je souhaite aussi leur donner du sens, les faire participer, leur transmettre et leur faire explorer toute la palette du vitrail.
Pour cela rien ne vaut une visite d'atelier, pour évoquer le panorama technique des différentes étapes de la réalisation et susciter la grande question : « Qu'est ce qui servira le mieux mon idée ? »
Ensuite il faudra préparer les dessins, les mettre en maquette pour vérifier leur faisabilité, fabriquer les gabarits, couper les verres, mettre en peinture, puis cuire ces morceaux de puzzle avant l'assemblage sous plomb pour finalement devenir vitrail.
Je profite de l'occasion pour leur faire comprendre que ce métier manuel, en dehors des capacités artistiques qu'il demande, exige également des connaissances : histoire de l'art, géométrie, maths, physique, chimie etc. Les enfants se rendent ainsi compte qu'il y a de nombreuses facettes dans l'exercice de cet art ».
« Avec un vrai travail en amont et une implication forte de l'enseignant, ça fonctionne toujours bien » nous dit-elle avec un sourire malicieux.
« Être à l'écoute des enfants, en relation avec le projet pédagogique de l'enseignant est un gage de réussite » nous certifie Flavie en guise de conclusion.


Propos recueillis par G.Welker lors d'interwiews destinées à documenter le dossier sur le VITRAIL, pour le bulletin du Centre pour l'UNESCO, la PLUME qui vient de paraître ce printemps 2015.

CENTRE POUR L'UNESCO - TROYES - LE VITRAILCENTRE POUR L'UNESCO - TROYES - LE VITRAIL

Il y a tout juste 2 ans, naissait la Cité du vitrail à Troyes, à quelques pas de la cathédrale, sanctuaire de l'art verrier de l'Aube. Cet été, la Cité du vitrail s'associe aux festivités organisées pour les 900 ans de l'abbaye de Clairvaux, avec une exposition originale qui permet d'appréhender l'évolution de la pensée cistercienne à travers l'art.
Les œuvres proviennent d'abbayes, d'ateliers et d'institutions de France, d'Autriche, du Danemark, du Royaume-Uni et de Suisse. Différentes animations gratuites sont proposées.
Extrait de « Aube Nouvelle » journal du Département n°92 été 2015
EXPOSITION LUMIÈRES CISTERCIENNES
Cité du vitrail 1 rue Roger Salengro à Troy
es

Nos églises reprennent des couleurs.
Après Villeret et Romilly, c'est la petite église d'Eaux-Puiseaux qui a retrouvé son éclat.
L'artiste troyenne Flavie Serrière Vincent-Petit a revisité la création du monde, avec le concours des habitants ! La faune et la flore locale côtoient Adam et Eve en costume d'aujourd'hui, tandis que les écritures sacrées, déclinées dans toutes les langues forment une croix lumineuse.
Extrait de « Aube Nouvelle » journal du Département n°92 été 2015
Visite sur demande 03 25 42 01 00 / Eaux-Puiseaux 03 25 24 87 80

CENTRE POUR L'UNESCO - TROYES - LE VITRAILCENTRE POUR L'UNESCO - TROYES - LE VITRAILCENTRE POUR L'UNESCO - TROYES - LE VITRAIL

Le Vitrail, une particularité de l'Aube :
Il y a 9 000 m² de vitraux sur le département, dont 1500 m² de verrières à la seule cathédrale de Troyes, et des vitraux du 12 e au 21 e siècle avec un 16 eme particulièrement bien représenté dans plus de 200 églises.
80 % des vitraux du monde se trouvent en France,
80 % des vitraux français sont au nord de la Loire,
80 % des vitraux du nord de la Loire sont en Champagne -Ardennes,
80 % des vitraux de la Champagne -Ardennes se trouvent d
ans l'Aube.
Source : Frédéric Murienne, conservateur régional des monuments historiques.







































Rédigé par Gerard Welker

Publié dans #actualite & évènements

Repost 0
Commenter cet article